Tout savoir sur les boîtes noires qui seront installées dans vos voitures

Les boîtes noires seront installées obligatoirement sur tout véhicule nouvellement homologué à partir du 6 juillet 2022. Mais à quoi servent-elles ? Qui sera concerné ? Toutes les réponses.

Vous avez peut-être lu tout et son contraire sur les fameux enregistreurs de données qui seront prochainement obligatoires sur les voitures neuves en Europe. Ces « boîtes noires« , du fameux nom des enregistreurs de vol utilisés depuis près d’un siècle dans l’aéronautique, seront en effet présentes dans quelques semaines sur le Vieux Continent. Mais leur portée fait parfois l’objet de spéculations en tout genre, amenant le grand public à se méfier de ces systèmes comme de la peste. Beaucoup craignent en effet qu’elles ne servent à pister le conducteur et ses faits et gestes, ou bien que les assureurs utilisent les données pour ajuster les primes et même que les boîtes noires sont reliées aux micros embarqués des voitures pour… vous écouter. Sous surveillance, le conducteur de demain ? Il le sera, assurément, mais pas par tout le monde, et dans tous les domaines.

La boîte noire pour qui ?

La boîte noire, c’est quoi ? Il s’agit tout simplement d’un petit dispositif embarqué qui a les accès aux données d’organes sensibles tels que le freinage, la direction, l’accélérateur ou encore les commandes de conduite tels que les clignotants. En clair, la boîte noire enregistre un grand nombre d’informations (source : Leocare) :

  • La vitesse
  • Les phases d’accélération ou de freinage
  • Le port ou non de la ceinture de sécurité
  • L’usage du clignotant et autres équipements de signalisation
  • La force de la collision
  • Le régime moteur
  • L’inclinaison du véhicule

Les données conservées sont uniquement celles enregistrées 30 secondes avant, et 10 secondes après l’accident. Elles peuvent servir pour une procédure judiciaire en cas d’accident, en plus d’être utilisées à des fins statistiques, mais de façon anonymes dans ce cas précis.

L’introduction des boîtes noires va se faire en deux temps. Dans un premier temps, tout nouveau modèle de véhicule particulier, de camion, de bus, et d’utilitaire, homologué et lancé à partir du 6 juillet 2022 devra être équipé. Evidemment, la présence de ce dispositif d’analyse engendrera un tout petit surcoût, mais il pourrait être compensé par une petite baisse des primes d’assurance… si les assureurs jouent le jeu, bien évidemment. Nous y reviendrons plus bas. Dans un second temps, toute nouvelle immatriculation à partir du 6 juillet 2024 devra avoir une boîte noire. En clair, si vous commandez une Renault Mégane E-Tech, elle n’aura pas de boîte noire avant 2024. A l’inverse, la Peugeot 408 n’y échappera pas puisque son homologation devrait se faire après le 6 juillet 2022 !

La FAQ des boîtes noires automobiles

1. Les boîtes noires seront-elles installées sur les voitures d’occasion ?

Non. C’est une information qui a tourné et qui a fait l’objet de fausses rumeurs. Les boîtes noires ne seront pas installées sur les voitures d’occasion. Seuls les nouveaux modèles puis les nouvelles immatriculations seront concernées.

2. Les assureurs ont-ils accès aux données ?

Non. Les assureurs ne pourront pas se servir des données enregistrées par les boîtes noires. Seuls les instituts de recherche et les officiers de police judiciaire pourront les réclamer, notamment sur des accidents graves.

3. Les boîtes noires, première étape de surveillance de la conduite ?

Non. Il existe en réalité déjà un système d’enregistrement des données à bord des véhicules. L’OBFCM (Onboard fuel consumption monitoring), présent depuis 2020 sur toute nouvelle voiture lancée et immatriculée, permet à l’Europe de vérifier la consommation réelle des véhicules sur le Vieux Continent afin de les comparer avec les résultats en test d’homologation. Objectif : éviter un nouveau dieselgate !

4. Les boîtes noires vont-elles faire augmenter le budget des automobilistes ?

Oui… et Non. Oui, puisque tout comme n’importe quelle aide à la conduite rendue obligatoire par l’Europe (maintien dans la voie, freinage autonome d’urgence, etc), ce petit dispositif de contrôle engendrera un minuscule surcoût sur des voitures de plus en plus chères. En revanche, la boîte noire permettrait de faire baisser les primes d’assurance puisqu’elles amélioreraient les statistiques d’accidentologie. C’est en tout cas ce qui aurait été constaté aux Etats-Unis où les boîtes noires sont présentes depuis plusieurs années. Mais encore faudra-t-il que les assureurs n’en profitent pas pour augmenter leurs marges.

Source : www.automobile-magazine.fr